Les prix peuvent dépendre de différents facteurs : l’auteur, le type d’original, la technique utilisée
Plusieurs sites compilent les résultats de vente aux enchères. La plupart sont payants mais pas artvalue où il suffit de s'inscrire (http://www.artvalue.com/). Sinon, pour Hugo Pratt, le site "Archives Pratt" reprend tous les résultats (avec visuels) pour les planches de cet auteur: http://www.archivespratt.net/ventesauxencheres.htm .

Pour les originaux américains, il est utile de s'inscrire sur Heritage auctions (http://www.ha.com) qui donnent accès aux résultats de leurs ventes aux enchères et de voir l'évolution avec le temps.

A. AUTEUR

Différentes causes peuvent intervenir. Il y a des auteurs (et non des moindres) qui ne vendent pas (ou n’ont rien vendu ou presque) et/ou n’ont pas donné grand chose. Ils sont donc rares ; les quelques originaux sur le marché sont donc âprement disputé et les prix s’envolent. Exemple : Morris, Leloup ou Jacobs.
À l’autre extrême, tout ou presque de certains auteurs est sur le marché et il n’y a donc aucun problème de s’en procurer à prix modique. Exemple : Attanasio ou Devos.
Entre ces 2 extrêmes, joue un peu la loi de l’offre et la demande. Les auteurs ont maintenant compris que leurs originaux valaient de l’argent (et même assez bien !). Donc, ils vendent mais à leurs prix. Dans les galeries, le prix est souvent convenu entre le galeriste et l’auteur.

B. TYPE D’ORIGINAL

Il est clair qu’entre un petit crayonné préparatoire et la planche finale, il y aura une grande différence de prix. Ceci jouera aussi pour une illustration, si elle a servi de couverture, par exemple, elle sera probablement beaucoup plus recherchée (et plus chère) qu’une illustration de commande ou un dessin non publié de dimension comparable du même auteur.

C. TYPE DE TECHNIQUE

On remarque que les illustrations/planches en couleurs partent souvent (beaucoup) plus cher que des illustrations noir et blanc