• Aérographe : Pulvérisateur à air comprimé qui projette l’encre ou la couleur, souvent utilisée par Richard Corben par exemple.
  • Aquarelle : peinture légère avec des couleurs transparentes délayées dans de l’eau.
  • Crayonné : projet graphique à l’état d’ébauche, esquisse pour une illustration. Le mot s’utilise pour toute illustration réalisée au crayon
  • Couleurs directes (planches en) : planches directement exécutées en couleur par l'artiste sans passer par l'utilisation de bleu ou d'un autre support.
  • Encre de Chine : encre noire faite à base de noir de fumée et de matières gommeuses. Elle a l’avantage, contrairement à l’encre utilisée dans les feutres, de ne pas s’altérer à la lumière (faut pas exagérer non plus).
  • Feutre : stylo à encre grasse où la plume est remplacée par une pointe en feutre ou en nylon. L’encre est, en général, moins stable que l’encre de Chine et donc devient mauve avec le temps (et/ou l’exposition à la lumière), voire disparaît ! Les originaux au feutre sont donc moins appréciés et plus difficiles à conserver.
  • Fusain : crayon de charbon friable fait avec le bois de l’arbre du même nom
  • Gouache : Peinture à l’eau gommée, mêlée de liants et d’ingrédients qui la rendent râpeuse.
  • Lavis : Procédé qui consiste à teinter un dessin au moyen d’encre de Chine, de sépia (couleur brune très foncée, à l’origine extraite d’un liquide sécrété par la seiche), de bistre (brun noirâtre fait de suie détrempée et mêlée d’un peu de gomme) ou de couleurs étendues d’eau. Cela s’apparente au niveau de la technique et du "risque" pris par l'auteur à de la « couleurs directes » : un coup de pinceau de travers et tout est à refaire. Le rendu à l'impression est également plus difficile à produire que pour un trait et des à-plats. Donc en gros ça emmerde tout le monde, mais c'est joli.
  • Sanguine : dessin fait au moyen d’un crayon fait d’hématite rouge.